Être locateur

Personnes handicapées

Protection contre la discrimination

Si votre locataire ou une personne de son ménage est handicapée ou utilise un moyen pour pallier ce handicap, vous devez vous assurer de respecter ses droits en vertu de la Charte des droits et libertés de la personne dont les principes doivent guider l’ensemble des lois du Québec. Cette dernière prévoit que toute personne a droit à la reconnaissance, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne sans distinction, entre autres, concernant un handicap ou un moyen pour pallier ce handicap. Si ce droit est compromis, cela constitue de la discrimination.

Le locataire est protégé contre toute discrimination en cours de bail. Le bail de logement, comme tout contrat, ne peut comporter de clause discriminatoire. Le Tribunal administratif du logement a compétence pour entendre toute demande relative au bail de logement, selon la définition et les exclusions prévues par la loi.

En tant que locateur, vous ne pouvez non plus refuser de consentir un bail en raison d’un handicap en invoquant, par exemple, que le logement n’est pas adapté. Vous pouvez vous renseigner auprès de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse.

Obligation de procurer la jouissance paisible du logement

En tant que locateur, vous devez procurer à votre locataire la jouissance paisible de son logement. Le Code civil du Québec prévoit également que vous êtes tenu de garantir que le logement sert à l’usage pour lequel il est loué. Vous devez aussi l’entretenir à cette fin. Pour ce faire, vous devez entre autres garantir à une personne handicapée l’accès à l’immeuble et à son logement et vous assurer, par exemple, qu’aucun objet n’obstrue cet accès.

Adapter un logement

Si vous êtes propriétaire d’un immeuble où loge une personne handicapée, sachez qu’il existe différents programmes permettant d’obtenir une aide financière afin de procéder à des adaptations.

Le programme d’adaptation de domicile est offert par la Société d’habitation du Québec. L’objectif est de permettre qu’une personne handicapée qui remplit les critères d’admissibilité puisse entrer et sortir de son logement, accéder aux pièces essentielles de celui-ci et vaquer à ses occupations quotidiennes en toute sécurité. Il permet d’aider financièrement le propriétaire du logement occupé par la personne handicapée pour réaliser les travaux d’adaptation. Si le logement se situe sur le territoire de Montréal, c’est le programme d’adaptation de domicile de Montréal qui s’applique.

La présence d’un animal pour pallier un handicap

La loi prévoit que vous avez le droit de refuser la présence d’un animal dans le logement. Le bail peut donc indiquer que les animaux sont interdits et le locataire qui signe ce bail doit respecter cette interdiction, sous peine de voir son bail résilié. Toutefois, le Tribunal administratif du logement pourrait autoriser la présence d’un animal si celle-ci est requise pour pallier un handicap, par exemple s’il s’agit d’un chien d’assistance pour une personne aveugle. Il appartiendra alors au locataire de démontrer que l’animal est nécessaire pour pallier le handicap. Si la présence de l’animal pour pallier le handicap est autorisée, le locataire demeurera néanmoins responsable de s’assurer que cet animal ne trouble pas la jouissance des autres locataires.

Déménager et résilier un bail en raison d’un handicap

Règle générale, les parties sont liées par le bail et ne peuvent y mettre fin à n’importe quel moment et à leur discrétion. Elles doivent remplir les obligations prévues dans ce contrat.

Le principe du droit au maintien dans les lieux est un principe de base en matière de location de logements résidentiels. Ceci veut dire que chaque année, le bail est automatiquement renouvelé et ne prendra fin que dans les situations expressément prévues par la loi. Le fait qu’un locataire ait un handicap ou que vous soyez incapable d’adapter le logement en raison de ce handicap ou de celui d’un membre de son ménage ne constitue pas un motif vous permettant de résilier le bail. Le locataire a toutefois droit à la résiliation du bail, s’il le désire, selon certaines modalités.

Ainsi, la loi permet à une personne de mettre fin à un bail en cours si, en raison d’un handicap, elle ne peut plus occuper son logement ou si elle doit le quitter en raison de son état de santé. Ce handicap ou son aggravation doit être survenu après la signature du bail. Un locataire qui désire se prévaloir de ce droit doit vous envoyer un avis accompagné d’une attestation de l’autorité concernée telle qu’une attestation médicale.

La résiliation du bail prendra effet deux mois après l’envoi de cet avis si le bail est à durée fixe (par exemple, du 1er juillet au 30 juin de l’année suivante) ou un mois après l’envoi de cet avis si le bail est à durée indéterminée (c’est-à-dire qu’il n’a pas de date d’échéance prévue). Lorsque la résiliation prend effet, les deux parties sont libérées de leurs obligations respectives. Le locataire et le locateur peuvent toutefois s’entendre pour que la résiliation prenne effet plus tôt. Également, la résiliation prend automatiquement effet plus tôt si le locataire libère le logement et que vous le relouer à l’intérieur de cette période.

Si le locataire bénéficiait de certains services personnels, c’est-à-dire se rattachant à sa personne, soit en vertu du bail ou en vertu d’un contrat séparé du bail (par exemple, des soins infirmiers), il ne devrait payer que les services qu’il a reçu avant son départ et n’aura pas à payer pour les services dont il n’a pas bénéficié. Vous trouverez une liste de ces services à la partie 2 de l’Annexe 6 au bail intitulée « Services personnels ».

Recours à nos services judiciaires

Si vous êtes une personne malentendante et que vous devez participer à une audience devant le Tribunal administratif du logement ou que vous souhaitez avoir recours à nos services judiciaires, vous devez nous en faire part. Le Tribunal vous remboursera le coût des services d’interprétation en langage des signes si vous lui adressez une demande à cet effet. Vous pouvez vous informer à ce sujet auprès de notre Service de renseignement. De plus, si vous avez un handicap pouvant faire obstacle à l’exercice de vos droits et désirez que des mesures soient prises, vous devez en aviser le Tribunal administratif du logement le plus rapidement possible.

Demande de renseignements

Si vous désirez vous renseigner sur vos droits et obligations en vertu du bail relativement aux personnes handicapées, n’hésitez pas à contacter le Service de renseignement aux citoyens du Tribunal administratif du logement.